Une gestion responsable des webfonts

Jusqu’à très récemment, j’avais tendance à gérer mes webfonts de manière basique en les appelant directement dans mon CSS, que ce soit via CDN (Google webfonts) ou en hébergement personnel. Mais cette manière de faire est propice à l’apparition du FOIT, qui peut être très pénalisant selon les navigateurs. Voici une solution que j’ai mise en place dernièrement, et dont je suis pleinement satisfait.


Quelques précisions

La notion de FOIT ne parlant pas à tout le monde, commençons par une petite explication : tant que votre navigateur n’a pas téléchargé les webfonts de votre site, le texte ainsi stylé reste invisible pendant un certain temps avant que le navigateur décide d’afficher les polices que vous avez définies par défaut. C’est ce qu’on appelle le FOIT, pour Flash Of Invisible Text.

Le problème, c’est que ce temps varie selon les navigateurs; et s’il reste raisonnable sur Chrome ou Firefox (de l’ordre de 3 secondes), il peut aller jusqu’à 30 secondes pour Safari iOS par exemple.

Exemple de site avec FOIT
Exemple de FOIT : sur ce site, il m'a fallu une dizaine de secondes pour pouvoir accéder au contenu - malgré ma connexion en WiFi.

Si l’on considère en outre qu’un site doit en moyenne se charger en 1 seconde avec une connexion rapide, ne pas pouvoir accéder au contenu du site avant 3 secondes n’est de toute façon pas l’idéal.

La solution au problème

Plusieurs techniques ont émergé récemment, mais celle qui a retenu mon attention est celle mise en place par filament group.

L’idée est d’utiliser par défaut les polices websafe (cf. CSS Font Stack) et de prévoir une classe contenant les webfonts, par exemple :

body {
  font-family: Sans-serif;
}

.font-loaded {
  font-family: 'Open Sans', Sans-serif;
}

On utilise ensuite le loader JS Font Face Observer créé par Bram Stein pour détecter le moment où toutes les webfonts seront loadées, et une fois que c’est fait on ajoute notre classe font-loaded :

(function(w) {
  if (w.document.documentElement.className.indexOf('fonts-loaded') > -1) {
    return;
  }
  var fontA = new w.FontFaceObserver('Open Sans', {
    weight: 300
  });
  var fontB = new w.FontFaceObserver('Open Sans', {
    weight: 300,
    style: 'italic'
  });
  w.Promise
  .all([fontA.check(), fontB.check()])
  .then(function() {
    w.document.documentElement.className += ' fonts-loaded';
    localStorage.setItem('fontsLoaded', true);
  });
}(this));

L’approche de filament group privilégie l’utilisation de cookies, mais quant à moi j’ai préféré me rabattre sur localStorage. On crée avec celui-ci un item fontsLoaded grâce auquel on pourra ajouter dans notre <head> la classe fonts-loaded à notre html, comme ceci :

<script>
  if (localStorage.getItem('fontsLoaded')) {
    document.documentElement.className += ' fonts-loaded';
  }
</script>

Ainsi, tant que cet item sera encore présent dans notre localStorage, la classe en question sera appliquée avant le rendu de la page.

Une future alternative

L’approche décrite ici me paraît pour l’instant la plus efficace, en attendant une meilleure solution… Celle-ci pourrait bien venir de la proposition CSS font-rendering dont le but est de contrôler directement via CSS le comportement d’affichage de nos webfonts. Je vous invite à consulter son repo Github pour de plus amples informations.