De Jekyll à Hugo

Mon site est sous Jekyll depuis un bon moment, mais j’ai remarqué qu’il devenait de plus en plus lent pour compiler tout le contenu que j’ai créé au fil du temps. J’ai donc décidé de le migrer sous Hugo, dont j’ai eu de bons échos en termes de performances. J’en profite également pour faire un tuto de migration pour les personnes intéressées.


Cet article part du principe que vous êtes à l'aise avec certains mécanismes également utilisés par Jekyll (Markdown, YAML, partials, etc.)

Pourquoi Hugo ?

Il existe une énorme quantité de générateurs sites statiques, et parmi ceux-ci le choix peut s’avérer difficile. J’étais à la recherche du générateur qui m’apporterait d’excellentes performances en termes de compilation tout en évitant d’avoir à changer trop de choses dans le code de mon site.

Hugo revient régulièrement dans les discussions en ligne, surtout quand il s’agit de faire un comparatif avec Jekyll. Ecrit en Go, Hugo offre des temps de compilation réduits drastiquement par rapport à ce dernier.

La transition de l’un à l’autre semble également se faire relativement en douceur, comme vous le verrez en détails ci-dessous.

Configuration

On commence par télécharger et installer Hugo :

brew install hugo

Ou pour ceux qui sont sous Windows,

choco install hugo -confirm

Ensuite, pour importer le contenu d’un site Jekyll vers un site Hugo, il existe une autre commande :

hugo import jekyll [chemin-jekyll] [chemin-cible]

Qui va créer l’arborescence suivante :

archetypes
content
data
layouts
static
themes
config.toml

Dans mon cas, les articles ont été placés dans content/post, et les fichiers et dossiers situés à la racine du site Jekyll ont été placés dans static… J’ai dû faire un peu de nettoyage pour redéplacer ce qu’il fallait au bon endroit (je reviendrai sur l’arborescence ci-dessus un peu plus tard).

Notez qu’il est aussi possible de créer un nouveau site directement si il vous prend l’envie saugrenue de migrer tous vos articles à la main :

hugo new site mon-site

Pour finir on lance un serveur pour surveiller tout nouveau changement (accessible sur localhost:1313)  :

hugo server

Création de contenu

C’est dans le dossier content que vont se placer tous les types de contenu : articles de blog, pages statiques, 404, page d’accueil etc., le tout au format .md.

Pour que ces pages ressemblent à quelque chose, il faudra leur créer des templates. Ceux-ci sont placés dans le dossier layouts. C’est également là-dedans que sont placés les partials réutilisables (header, footer, etc.).

Le template utilisé par chaque page de contenu est défini dans son front matter par la propriété type, qui peut être écrit au format yaml ou toml.

Par exemple, voici ma page projets.md :

---
type: "static"
title: "Projets récents"
description : "Découvrez mes derniers projets et réalisations web."
---

Bla bla bla écrit en Markdown

Le template en question est un fichier single.html situé dans le dossier layouts/static. Voilà à quoi il pourrait ressembler :

{{ partial "header.html" . }}

{{ .Content }}

{{ partial "footer.html" . }}

.Content insère le contenu de projets.md, et les partials, comme leur nom l’indique… importent les partials en question.

Pour plus de détails sur les différents templates utilisés par Hugo je vous invite à consulter la doc officielle.

Pour ce qui est des pages du blog, le principe est à peu près similaire. J’ai créé dans le dossier layouts un sous-dossier intitulé articles. Celui-ci contient deux templates : list.html et single.html.

Liste d’articles

J’ai sur mon site une page qui contient une liste de tous les articles publiés, triés par année. Voilà le code (simplifié) :

{{ partial "header.html" . }}

<h1>{{ .Page.Title }}</h1>

{{ range (.Data.Pages.GroupByDate "2006") }}
<h2>{{ .Key }}</h2>
<ul>
  {{ range .Pages }}
  <li>
    <a href="{{ .RelPermalink }}">
      <h3>{{ .Title }}</h3>
      <p>{{ .Date.Format "02.01" }}</p>
    </a>
  </li>
  {{ end }}
</ul>
{{ end }}

{{ partial "footer.html" . }}

Les deux range permettent d’itérer, pour le premier sur les dates par années, et pour le deuxième sur la liste des articles.

Et le résultat :

2015

NOMMAGE ET ARCHITECTURE CSS  19.08
UNE GESTION RESPONSABLE DES WEBFONTS  25.06
LES PRINCIPALES NOUVEAUTÉS DE ES6  27.04
DROPBOX ET NODE_MODULES  02.04

2014

METTRE SES ASSETS EN CACHE AVEC JEKYLL  17.12
ANIMER SES SVG AVEC SNAP.SVG  21.07

etc.

Page d’article

Voilà le template, là aussi simplifié :

{{ partial "header.html" . }}

<time>
  {{ .Date.Day }}
  {{ index .Site.Data.mois (printf "%d" .Date.Month) }}
  {{ .Date.Year }}
</time>
<h1>{{ .Page.Title }}</h1>
{{ .Content }}

{{ partial "footer.html" . }}

Celui-ci m’a posé un peu plus de soucis car je souhaitais afficher la date de publication de l’article en français, au format 01 janvier 2017. J’ai trouvé un moyen de contourner le problème en utilisant la variable .Site.Data. Il m’a suffit de créer un fichier mois.yaml dans le dossier data, avec le contenu suivant :

1: "janvier"
2: "février"
3: "mars"
etc.

La fonction printf m’a ensuite permis de récupérer les bonnes traductions.

Gestion du cache

J'utilise Gulp pour compiler et optimiser les assets de mon site. Si jamais votre workflow est différent (webpack ou autre), il vous sera à priori facile d'adapter l'exemple ci-dessous à votre cas précis.

Pour rappel, le but ici est d’ajouter un fingerprint au nom des fichiers voulus. Par exemple :

<link rel="stylesheet" href="/assets/css/styles.css">

Doit être transformé en :

<link rel="stylesheet" href="/assets/css/styles-b9bafce7.css">

Les assets de mon site Jekyll (CSS, JS, etc.) étaient fingerprintés grâce à jekyll-minibundle. Avec Hugo j’ai dû chercher une nouvelle solution pour arriver à un résultat équivalent. Je me suis servi pour ça de gulp-hash et del.

Pour arriver à la solution voulue, il faut pouvoir stocker dans le dossier data un fichier qui mappera les noms d’assets avec le dernier hash créé. Ces informations seront ensuite accessibles à Hugo grâce à la variable globale .Site.Data.

Voici par exemple ma tâche Gulp pour la gestion des styles :

gulp.task('styles', () => {
  // On supprime l'ancien fichier CSS
  del(distFolder.css + '**/*')
  return gulp.src(devFolder.scss + 'styles.scss')
  .pipe($$.sass())
  .pipe($$.autoprefixer())
  .pipe($$.cssnano())
  // On crée un hash
  .pipe($$.hash())
  .pipe(gulp.dest(distFolder.css))
  // On mappe le fichier
  .pipe($$.hash.manifest('hashcss.json'))
  // On le place dans data
  .pipe(gulp.dest('data'));
});

Ensuite, il suffit d’aller modifier le template pour y intégrer cette donnée :

<link rel="stylesheet" href="/assets/css/{{ index .Site.Data.hashcss "styles.css" }}" />

Le principe est le même pour vos autres fichiers statiques à cacher.

Mise en production

Hugo crée un dossier public qui contiendra l’ensemble du site. Il suffit de lancer la commande hugo pour cela.

Autres infos utiles

Je ne me suis pas encore penché sur trois dossiers présents à la racine d’un site lors de sa création: archetypes , static et themes.

Archétypes

Cette fonctionnalité permet de créer du nouveau contenu en utilisant un front-matter prédéfini. Par exemple, j’ai créé un archétype spécifique pour mes articles comme ceci :

touch archetypes/articles.md

Celui-ci contient le front-matter que je souhaite utiliser pour toute nouvelle création.

---
title: ""
description: ""
date: {{ .Date }}
tags: []
---

Puis :

hugo new articles/mon-nouvel-article

Static

Ce dossier contient par exemple dans mon cas les fichier CSS, JS, JSON, images ainsi que les pages que je veux garder indépendantes de Hugo. Ils seront placés à la racine du dossier public lors de la mise en production.

Thèmes

C’est une fonctionnalité de Hugo que je n’ai pas du tout utilisée car j’ai mon propre thème maison, mais si vous voulez en savoir plus je vous invite à aller visiter la documentation écrite là-dessus.


Voilà, je pense avoir fait le tour des points principaux pour créer un site avec Hugo sans trop de prise de tête. Si jamais vous voyez des détails que j’aurais oublié, n’hésitez pas à venir m’en parler sur Twitter.